28 février 2011

DCB annonce 2000 emplois sur la totalité du projet « Calais Premier »

Par Philippe BLET

http://www.ac-franchise.com/V3/app_utils/mod/img/image_resize2.aspx?fileName=/V2/app_upload/cms/image/prestataires_logos/DCBINTERNATIONAL-FR-LOGO-20080609.JPEG&width=150&height=0&ext=jpegLe promoteur lyonnais DCB International a été choisi par la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis pour la construction d’un ensemble logistique de plus de 200.000m2
sur la zone de la Turquerie.

 

Ce projet, baptisé « Calais Premier » est le plus grand projet logistique
lancé au nord de Paris, avec 50 hectares développés en première phase pour une surface développée totale de 160 ha.

 

L’ensemble du projet générera 1000 emplois directs et 1000 emplois indirects annonce
Didier Caudard-Breille, directeur général de DCB International.

 

DCB International prévoit un investissement de 200 millions d’euros sur la première
phase qui comprend la construction d’entrepôts logistiques, de bâtiments tertiaires et la possibilité d’accueil d’un terminal d’autoroute ferroviaire.

 

La phase 2 du projet nécessitera probablement un investissement de près de 300 millions
d’euros de la société DCB International.

Une cérémonie de signature s’est tenue ce lundi 28 février dans les locaux de la
Communauté d’Agglomération. 

 

dcb_con_pres.jpgCette signature montre qu’il n’y a pas de
fatalité. Qu’un territoire qui se bat pour valoriser ses atouts peut devenir attractif même en période de crise économique.

Les esprits chagrins répètent à l’envie qu’en matière de développement économique il n’y
a pas de baguette magique. C’est vrai. Les nombreux habitants que je rencontre depuis trois ans avaient finis par être convaincus que plus rien n’était possible, qu’il fallait attendre une
embellie de la situation nationale pour espérer s’en sortir.

Mais en tant que responsable politique je fais mienne la phrase de François Mitterrand
« là où il y a une volonté, il y a un chemin. »

Depuis le début nous avons une stratégie que nous avons développée : maitriser les
ressources, le temps et l’espace.

Cette vision s’est traduite par :

 

·         Le renforcement des capacités budgétaires de l’agglomération.

 

·         L’investissement dans des achats de foncier : pour avoir des terrains à proposer aux
entreprises intéressées par le Calaisis.

 

·         http://lecodunord.fr/images/stories/capture2/calais2011_01.JPGLa redynamisation de l’agence de développement
économique : afin de mettre en œuvre une stratégie ambitieuse de promotion du territoire.

 

·         La création du service d’archéologie préventive : pour pouvoir accélérer l’aménagement des
terrains. Notre service interviendra dès le mois de mars sur la Turquerie.

A titre d’anecdote, ce service, opérationnel depuis octobre 2010 vient de terminer les
fouilles sur une zone d’activité qui était en attente depuis la création du Tunnel sous la manche. Je fais allusion à la zone de la rivière neuve.

·         Le développement des outils d’insertion  professionnelle et sociale que sont par
exemple la couveuse, la pépinière d’entreprises, la maison de l’emploi et d’autres encore. Il s’agit d’accompagner, de stimuler et d’optimiser le processus d’insertion professionnelle et de
création d’activité. Qui dit création d’activité dit formation de la main d’œuvre locale.

Pour la Turquerie cette stratégie s’est accompagnée d’une conviction, celle que le
transport et la logistique était une filière porteuse d’avenir pour le Calaisis.

Cette conviction s’est forgée lors de rencontres avec des experts et des logisticiens
tant en France qu’en Grande Bretagne. Nous sommes allés à leur rencontre. Nous avons compris que le nombre d’emplois potentiels et le type de ces emplois étaient très intéressants pour le
Calaisis.  

Cette signature n’est pas un aboutissement, au contraire. Cette perspective de plusieurs
centaine d’emplois est une étape dans un long combat qui durera tant que nous aurons des chômeurs dans le Calaisis.