11 janvier 2012

Voeux 2012 de Cap Calaisis

Par Philippe BLET

 

voeux_2012_1.jpg Vous trouverez ci-dessous mon intervention lors de la cérémonie de voeux de la Communauté d’agglomération Cap Calaisis

Ce que nous avons fait l’année passée, ce que nous allons entreprendre durant les mois à venir forment le plan principal de mon
intervention pour cette cérémonie des vœux.

Mais, comment ne pas parler de Seafrance ? C’est une catastrophe économique et sociale. Mais il ne faut pas que des débats
idéologiques, des rancœurs ou des conflits de personnes nous conduisent à oublier l’essentiel. Il faut tout tenter pour donner un nouvel avenir aux salariés qui aujourd’hui se trouvent dans les
difficultés.

Les élus communautaires se sont prononcés à l’unanimité pour soutenir Seafrance. Nous devons favoriser les solutions qui permettront le
maintien d’un pavillon français et éviter un dumping social dont le territoire n’a pas besoin.

Nos principales préoccupations sont le développement économique et la création d’emplois.

Notre plan pluriannuel d’investissement, bâti essentiellement à partir des projets des communes, je le rappelle, marque notre volonté
commune de poursuivre le développement du Calaisis. Ce n’est pas une simple liste de prévisions de dépenses comme certains l’on dit. C’est bien une projection dans l’avenir du territoire, une
prévision, à long terme, d’investissements utiles à l’économie locale.

En clair, c’est un plan de développement du Calaisis.

Tous les analystes nous prédisent que l’année 2012 sera une année de crise économique et sociale. C’est pourquoi, la puissance publique
doit continuer à investir, dans la mesure de ses moyens, pour soutenir l’économie.

C’est le grand paradoxe de cette période. Face à une situation de difficultés, le premier réflexe serait de se replier sur soi, de ne
plus rien faire en attendant les jours meilleurs. A ceux qui s’interrogent sur ces investissements, il faut bien qu’ils comprennent que ce serait, en fait, une erreur que de figer le territoire.
Ces investissements sont synonymes de travaux. Des travaux dont dépendent de nombreux emplois directs et indirects. Plus encore aujourd’hu
http://www.agglo-calaisis.fr/var/plain_site/storage/images/media/images/calaisis_euroregion400__1/11887-1-fre-FR/calaisis_euroregion400.jpgi, alors que la situation économique et sociale se durcit nous avons besoin de volonté, d’ambition et de projets.

Nous devons dans le même temps faire œuvre de pédagogie. Il faut expliquer notre action, faire comprendre l’intérêt des
projets.

Dans le domaine de l’économie, l’année 2011 a été marquée par plusieurs événements. Tout d’abord, il faut citer la présentation par la
société DCB international du projet « Calais Premier » sur la Turquerie. Ce projet ouvre la perspective de l’implantation du parc logistique le plus important au nord de Paris.Ce projet
porte  un potentiel de 2 000 emplois à terme.

Cette plate forme multimodale de dernière génération renforcera la position stratégique du Calaisis en matière de transport et de
logistique. Elle est en parfaite cohérence avec le projet  Calais Port 2015.

Pour voir naitre ce projet, il a fallu prendre les décisions qui s’imposaient, malgré les réticences. Depuis 2008, nous avons lancé
l’acquisition des terrains.  Les fouilles archéologiques obligatoires ont été entreprises grâce au service d’archéologie préventive que nous avons créé pour gagner du temps. Ces trois années
d’effort financier, de préparation et de travail doivent maintenant trouver leur concrétisation. Les premières cessions de terrains devraient être signées dans les semaines qui viennent.
Les premiers permis de construire ont été déposés le 30 décembre dernier.

Un autre projet
d’ampleur pourrait être accueilli sur notre territoire. Il s’agit du projet de parc d’attraction Spyland. Le monde de l’espionnage pourrait bien trouver sa place au Virval. C’est également un
projet important même s’il est moins avancé que celui de la Turquerie.

Il demande notre mobilisation et nos efforts.

L’enjeu  en matière d’emploi est également de taille. Il s’agit à terme de plus de 1000 emplois directs et 1 000 emplois
indirects. Nous avons tout mis en œuvre pour être le territoire d’accueil de ce parc. Et quel que soit l’avenir de ce projet, il nous a permis de mesurer concrètement l’attractivité du Calaisis auprès d’investisseurs internationaux.

Notre position géographique et nos infrastructures routières et de transport nous donnent un avantage indéniable que nous devons savoir
exploiter.

A ce propos, pour que le Calaisis conserve et développe cet atout, il faut que des décisions importantes soient prises et notamment en matière ferroviaire. Il est nécessaire que le Calaisis soit relié plus rapidement et plus fréquemment à Londres, Bruxelles et Paris. Les arrêts en gare de Calais-Frethun doivent être largement
plus nombreux.

La modernisation de la voie Calais  – Dunkerque est aussi une urgence. C’est pourquoi nous avons accepté de participer à son cofinancement. De même que l’autoroute A16 est une ligne de vie du littoral. Une fois électrifiée, la ligne Calais-Dunkerque sera son équivalent. Une véritable autoroute ferroviaire du littoral.
Je pense que nous pourrions ainsi créer une navette ferroviaire cadencée, un TERGV de la Belgique jusqu’au sud du département.

http://nsa27.casimages.com/img/2011/08/05/110805014332580827.jpgCette modernisation doit aller de pair avec la création d’un nœud ferroviaire à dimension européenne
reliant le port de Calais et la zone de la Turquerie.  La région s’est engagée à participer à hauteur d’un million d’euros à ce raccordement de la Turquerie.

Nos zones d’activités sont de plus en plus attractives. C’est aussi le cas pour la zone des Dunes qui après 30 années de quasi abandon
retrouve un intérêt pour les investisseurs. En 2011,  la construction de la clinique psychiatrique a commencé sur la zone du Virval. Elle sera probablement inaugurée en mai prochain. Ce sera
juste avant celle du nouvel hôpital de Calais qui devrait avoir lieu en juillet. Un pôle santé se dessine sur le Calaisis. Il sera également synonyme de créations d’emplois directs et
indirects. 

Les grands projets économiques sont une bonne chose pour un territoire mais il ne faut pas oublier les PME-PMI. Elles créent la grande
majorité des emplois en France. Elles sont le moteur de notre économie. C’est pourquoi nous soutenons la création d’entreprises.

En 2011, le lancement par la C.C.I. de la pépinière d’entreprises est venu compléter un dispositif qui permet aujourd’hui d’aider et
d’accompagner un créateur de l’idée jusqu’au développement de son activité. La communauté d’agglomération participe à cette pépinière par une aide au financement des loyers.

Nous menons aussi une action volontariste en matière d’insertion par l’économique au travers du contrat urbain de cohésion
sociale.

En 2011, sur les 19 opérations menées,  huit actions concernent l’accès à l’emploi et au développement économique. Elles ont
concerné 4 915 bénéficiaires. Neuf opérations concernent la citoyenneté et la prévention de la délinquance. Pour les autres, il s’agissait d’habitat et de cadre de vie et d’égalité des chances.
Cap Calaisis a financé ces opérations à hauteur de 315 000 euros.

En  2012, l’agglomération prévoit de financer 18 opérations qui bénéficieront à 5 100 habitants. La clause sociale dans les
marchés publics de la communauté d’agglomération donne aussi de bons résultats.  Depuis 2009, treize opérations  comportant une clause sociale ont été réalisées en lien avec le Plan
Local pour l’Insertion et l’Emploi.  Ce sont 20 personnes qui ont bénéficié des 17 672 heures de travail générés par la clause sociale sur les chantiers de Cap Calaisis. A ce bilan, il faut
y ajouter les marchés publics d’ADEVIA. A savoir 4 861 heures de travail.  

Un autre secteur d’intervention communautaire en faveur de l’emploi est l’aide à l’innovation industrielle. L’innovation est une des
clés de la compétitivité des entreprises. Elle permet de préserver les emplois existants. Elle est aussi la source de création d’emplois nouveaux.

http://www.philippeblet.com/wp-content/uploads/2012/03/tioxide_soutien_cap_calaisis.jpgEn 2011, l’entreprise Tioxide a bénéficié d’une avance remboursable de 500 000 euros.
Son projet d’unité de fabrication de sulfate de magnésium pour le marché des engrais permet de préserver les emplois du site. Un bon
exemple de développement durable où les aspects économiques, sociaux et environnementaux trouvent leurs places.

Pour 2012, le groupe Schaeffer a sollicité le soutien de Cap Calaisis pour maintenir et développer leur activité à Calais.Cette fois
encore la participation de la communauté d’agglomération abonde l’intervention du conseil régional. 284 emplois sont concernés.

Ce soutien à l’innovation doit aller de pair avec le développement de la recherche universitaire sur le territoire. En 2011, nous avons
inauguré l’école d’ingénieurs et la maison de la recherche.

Pour la maison de la recherche, c’est la première fois que la communauté d’agglomération participe financièrement à un équipement
universitaire. L’effort de 400 000 euros montre notre volonté de soutenir le développement de l’université à Calais. C’est un domaine où nous connaissons un retard important par rapport à nos voisins.

http://licencebio.univ-littoral.fr/wp-content/uploads/2010/05/batimentsmall.jpgEn corollaire du développement des structures universitaire, nous devons donner la chance à un plus grand nombre de nos jeunes de poursuivre des études supérieures. C’est pourquoi, en 2012, je souhaite que soit étudiée la possibilité de créer un RME, un revenu minimum étudiant,
sur le Calaisis.

Un groupe d’élus et de techniciens devra déterminer la forme que ce RME peut prendre et estimer son impact financier. Nous avons fait une première approche et la faisabilité de ce RME est réelle. Il s’agit de faire en sorte que les enfants issus des milieux les plus modestes puissent accéder aux études supérieures.

C’est une question de justice sociale.

L’avenir du Calaisis passe aussi par sa capacité à se moderniser.

Nous devons nous adapter aux technologies d’aujourd’hui et pouvoir proposer du très haut débit sur tout le territoire. Lors du conseil
communautaire du 17 février 2011, l’agglomération a pris la compétence « développement numérique ».

A ce titre, trois actions principales ont été identifiées.

•    Il s’agit de lutter contre les zones d’ombre non couvertes par le haut débit.
Les communes de Coulogne, Sangatte et Marck sont concernées.

•    Vient ensuite le raccordement en fibres optiques des zones d’activités à l’exemple du Virval où nous avons connecté
récemment le nouvel hôpital.

•    A terme ce seront tous les habitants qui auront accès au très haut débit informatique. Les réunions avec les
opérateurs internet ont déjà commencé.

Je propose, sur ce point, d’étudier la possibilité de passer par la phase de quartiers test. Ces tests permettront d’appréhender
l’utilisation du numérique dans la vie quotidienne. Ils permettront aussi de promouvoir les possibilités qu’offre le numérique, aussi bien en matière d’éducation, de télésurveillance, d’accès simplifiés aux services publics, aux moyens d’information, de connaissance et de loisirs.

Autre grand chantier, nous devons adapter nos équipements afin qu’ils soient plus accessibles aux personnes à mobilité réduite. Nous y
consacrons plus d’un million et demi d’euros. Notre partenariat avec le club YCC a permis la mise en place, en 2011, d’un projet Handyvoile à la base de voile et de loisirs Tom Souville. Ce
projet s’est concrétisé par une flotte de huit bateaux spécifiques et l’aménagement du ponton avec l’installation d’un lève personne.A ICEO, la patinoire propose des luges pour personnes à mobilités réduites et un « matériel de mise à l’eau » disponible pour l’ensemble des bassins de la piscine.

En matière d’éducation
et de développement culturel, nous devons adapter notre démarche avec la fin du financement du CLEA.

Le CLEA devient donc « le Jardin des Arts » afin que les démarches éducatives et partenariales entre les enseignants, les acteurs
culturels, les artistes et les jeunes se poursuivent. L’art ne doit pas être réservé à une élite. Nous devons proposer une démarche d’approche et de sensibilisation aux arts. Elle doit permettre
notamment aux jeunes de se décomplexer et d’en être les acteurs locaux.

L’école d’art doit se positionner dans ce nouvel espace d’expression. Concernant sa réhabilitation, sa mise aux normes nous obligerait
de toute façon à faire d’importants investissements. Autant que ce soit pour un bâtiment neuf, durable et répondant mieux aux besoins des enseignants et des utilisateurs.

Elle doit aussi participer, si possible, à la revitalisation du cœur de l’agglomération.

Ces démarches d’adaptation sont d’autant plus nécessaires que certains évènements nous obligerons bientôt à faire évoluer nos
structures.

L’extension du périmètre de l’agglomération par exemple. La fusion, proposée par la CDCI, entre Cap Calaisis et la communauté de
communes du Sud Ouest du Calaisis doit se faire dans le dialogue,  la concertation et le respect des identités. Elle ne doit pas être la victoire, ou la défaite de qui que ce soit. Elle doit
être réalisée au bénéfice des habitants. J’invite tous les acteurs à construire la collectivité de demain plutôt que de chercher ce qui pourrait nous diviser.

Du côté de Cap Calaisis nous aurons à faire avancer le dossier du transfert de la collecte des déchets et le dossier de la taxe de
séjour plus vite que jusqu’à présent. Ce rapprochement nous amènera à adapter notre projet de territoire. Il n’est pas remis en cause. Bien au contraire. Il prend davantage de force dans ses
intentions et ses orientations.

Les notions de territoire, de bassin de vie prennent de plus en plus d’importance. Alors que certains hésitent encore sur
l’agrandissement du territoire de 7000 habitants, nos voisins parlent déjà eux d’un pôle métropolitain littoral d’un million d’habitants.

http://www.hardelotplage.com/site2008/ressources/carte.jpgPour ma part je suis favorable au pôle métropolitain. Même si je sais qu’il reste à dialoguer et à
convaincre. Je suis convaincu  qu’il nous permettra de développer davantage les solidarités, d’agir en réseau dans des domaines fondamentaux comme la mobilité, la gestion de l’eau, le trait
de côte, l’université ou la santé.

La création de la télévision de la Côte d’Opale, OPAL’TV, doit participer à créer cet esprit que nous appellerons « OPALIEN ». Cette
télévision, créée en 2011 et dont nous sommes partie prenante dès l’origine, nous offre une fenêtre quotidienne sur un potentiel d’un million de téléspectateurs. A nous d’utiliser cette fenêtre
pour promouvoir notre territoire.

Les transformations en cours de l’office de tourisme intercommunal vont aussi participer à cette promotion du territoire. Les travaux
qui ont débuté fin 2011 s’achèveront cette année. Année olympique où, je le rappelle, nous visons la médaille d’or de l’accueil.

Cette médaille, nous aurions déjà pu l’avoir en 2011 avec la création du festival violons chant du Monde. Le public a répondu à
l’invitation pour des spectacles de qualité et populaires. Ce festival qui a germé  dans l’esprit de Didier Lockwood s’est concrétisé grâce à un travail important des services de
l’agglomération et en particulier le conservatoire de musique.

Et pour conclure sur la mise en valeur de notre territoire, je citerai le très beau titre de champion de France de Romain Jacob,
salarié de l’agglomération, et figure emblématique avec sa famille de la boxe calaisienne.

Je voudrai revenir sur les travaux : L’assainissement des quartiers Préville et Trou Gai à Coulogne se poursuivra.

Ces travaux sont emblématiques de ce qu’est la solidarité de territoire. Ils nécessitent un effort financier par foyer de 5 000 euros
supplémentaires par rapport à ce qui s’est pratiqué ailleurs dans l’agglomération. C’est une belle dotation, de plusieurs millions d’euros solidaires. 

http://www.lavoixdunord.fr/stories/image250x00/mediastore/VDN/A2011/M09/quatre-nouveaux-foyers-de-jeunes-trava-1330219.jpgDe la même façon, l’inauguration du foyer de
jeunes travailleurs à Calais a lancé la phase deux de ce projet solidaire en faveur de la jeunesse. Quatre nouveaux foyers verront le jour en 2012. Un dans chaque commune de l’agglomération. La
mission locale pour l’emploi des jeunes a également inauguré ses nouveaux locaux en 2011 grâce au soutien financier de Cap Calaisis. Vous le voyez, notre territoire investit dans la
jeunesse.

Dans le domaine environnemental, il convient de noter les aménagements et constructions qui ont permis d’ouvrir le centre de soins à la
faune sauvage à coté des locaux de la LPA. La remise à l’eau de trois jeunes phoques, il y a quelques semaines, a été un grand moment.

Environnement, encore, Le site du Colombier-Virval a fait l’objet de travaux importants qui se sont achevés en 2011. Ces travaux ont
consisté à rendre le site accessible au public, à sécuriser les berges, à créer des cheminements et une aire d’accueil et de stationnement. Des plantations ont été réalisées sur la butte de
protection en bordure de l’A16. Le secteur humide et aquatique a été rendu à la nature. Des protections ont été mises en place pour sanctuariser cette partie du parc. Compte tenu de la
biodiversité et des richesses écologiques présentes sur la zone, le Colombier Virval fait l’objet d’une démarche de classement en réserve naturelle régionale.

Dans le même ordre d’idée, nous soutenons le projet de la ferme pédagogique des Aigrettes de Marck. Le point infos énergie que nous
avons créé y sera transféré dès 2012.  Il y trouvera une place naturelle, si j’ose dire.

Toujours dans le domaine de l’environnement, le projet de véloroutes et voies vertes a été réévalué en 2011 avec la demande de la ville
de Sangatte d’accompagner son projet de zone de loisirs. J’espère que ce réseau international de pistes cyclables qui pourra passer par toutes les communes de Cap Calaisis verra son lancement
avant la fin du mandat.

http://www.lavoixeco.com/stories/image440x00/mediastore/VoixEco/phototheque/Transport_et_Logistique/navette-fluviale-coulogne-r.jpgDans le même registre, les premières
études concernant l’aménagement des berges et canaux sur Calais et Coulogne vont être lancées cette année. Ces travaux doivent accompagner la mise en place de la navette fluviale, autre projet
innovant. Bien sur, il ne s’agit pas de faire tout en une seule fois. Il faut gérer ces dépenses dans le temps.

Une gestion rigoureuse des investissements permet de maitriser l’endettement de l’agglomération. Bonne nouvelle en ce début d’année,
notre capacité de désendettement est enfin dans les normes. En 2011, les dépenses ont évolué de 3 %.  Les recettes progressent, quant à elles,  de plus de 9%. C’est l’occasion pour moi
de repréciser un point important concernant la fiscalité intercommunale.

La fiscalité de la communauté d’agglomération n’a subi aucune augmentation en 2011. Par contre, si vous observez votre feuille
d’impôts, la part départementale est, depuis cette année, supprimée et reportée sur l’intercommunalité. Il s’agit donc, pour 2011, d’un simple transfert. Ce transfert fait suite à la suppression
de la taxe professionnelle qui représentait la principale ressource de l’intercommunalité.

2012 sera une année d’expression démocratique. Chacune et chacun fera ses choix en fonction de ses convictions. Je vous engage à
exprimer ce choix, à faire vivre la démocratie, à ne pas laisser aux autres le soin de décider à votre place.

http://www.licra.org/licra/sites/default/uploads/image/actualites/revue_de_presse/logo-jo-2012.jpgMais l’année 2012 sera aussi l’année olympique pour nos amis Anglais,
et un peu pour nous compte-tenu des liens qui nous unissent à la Grande-Bretagne. Depuis quelques années maintenant toute la Côte d’Opale se prépare, s’organise, reçoit des équipes pour des
stages d’entrainement, pour des rencontres internationales. Dans le cadre de cet évènement, Cap Calaisis a développé trois axes : l’éducation, l’accueil et  la participation des
habitants. 

Des délégations vont venir. Nous emmènerons des enfants une journée à Londres pour leur faire vivre un moment inoubliable.Récompense
des actions citoyennes qu’ils ont menées avec leurs écoles, ou leurs clubs, depuis trois ans. Nous ferons participer la population au travers d’événements et d’animations. Nous ferons découvrir
la qualité de l’accueil et des structures d’hébergements et de restauration du Calaisis. Nous valoriserons nos atouts culturels et naturels. Nous saurons être au rendez-vous. En 2012 : Le
Calaisis accueille le Monde.

Je vous présente à toutes et à tous, mes meilleurs vœux pour cette nouvelle année. Que 2012 soit avant tout une année pleine de santé,
de solidarité, de tempérance et de sagesse.