13 octobre 2009

Calais Port 2015 à…. Dunkerque

Par Philippe BLET

Message au territoire du Dunkerquois

La communauté d’agglomération du Calaisis va bien évidemment déposer un
cahier d’acteur pour alimenter le débat autour du projet Calais Port 2015.

 

Ce que j’ai envie de dire aujourd’hui à Dunkerque et que je redirai
bientôt à Boulogne peut se résumer ainsi : Il faut regarder ce projet Calais Port 2015, non pas comme une ambition personnelle du Calaisis, mais bien comme une volonté qui s’inscrit dans la
stratégie du développement de toute la façade maritime. Le projet Calais port 2015 additionne, il ne divise pas, et ne s’oppose pas aux autres projets déjà en œuvre dans les autres ports de la
côte d’Opale.

 

Lorsque le port de Dunkerque a investi dans un terminal conteneurs, nous
avons applaudi des deux mains. Car nous savions qu’il serait profitable à tous.  Aujourd’hui si l’électrification de la ligne ferroviaire Calais – Dunkerque est étudiée, c’est bien une
conséquence directe de la création du terminal. Nous en serons tous bénéficiaires, le port, Eurotunnel et tout le territoire du Calaisis. Lorsqu’une ligne transmanche s’est créée à Boulogne, nous
aurions pu craindre une fuite de clientèle traditionnelle du port de Calais. Tout au contraire, nous nous sommes félicités de tout ce qui peut accroître l’attractivité du littoral, de tout ce qui
peut attirer d’avantage de touristes sur nos côtes, de tout ce qui peut participer à un développement économique dont nous avons bien besoin.

 

Se lancer dans une concurrence stérile, entre ports d’un même littoral,
n’aurait comme conséquence que de détruire nos emplois. Il faut au contraire que cette nouvelle liaison profite à tous de Berck jusqu’à Dunkerque.

 

Le projet Calais Port 2015 se place totalement dans cette logique. Dans
une logique d’adaptation à l’évolution du trafic maritime en portant une promesse pour toute la côte d’opale.  

 

Pour revenir au sujet de ce soir sur l’environnement :

Demain les ferries seront plus grands, plus imposants.

Demain les ferries seront moins polluants, moins consommateurs
d’énergie.

Demain navigueront des ferries de 5ème
génération.

 

Il est logique que nous concevions un port nouveau pour les accueillir, un
port du troisième type, le premier de ce siècle.

 

Nous voulons un port qui s’inscrive dans les préoccupations du Grenelle de
l’environnement, un éco port, un port vitrine du savoir faire de nos entreprises.

 

Car le jeu en vaut la peine. Aujourd’hui le port de Calais c’est :
11,5 millions de passagers, 41,5 millions de tonnes de fret, 2 millions de véhicules de tourisme, 1,85 million de poids lourds. Les emplois directs et indirects sont estimés à 10 000 emplois
permanents répartis sur tout le littoral.

 

Le projet Calais port 2015 prévoit le doublement du port pour répondre aux
prévisions de trafic dans les 20 ans à venir. Or si nous ne nous adaptons pas, le développement se fera sans nous, et ailleurs. Rappelons-nous la bataille qu’il a fallu livrer, à l’époque de la
construction du Tunnel sous la Manche, pour obtenir l’autorisation de creuser, dans le port de Calais, un simple bassin à l’Est. Et bien aujourd’hui, toutes les passerelles ferries sont situées
sur le quai sud de ce bassin obtenu de haute lutte. Que serait-il advenu si les responsables de l’époque avaient refusé ces travaux ? Quelle responsabilité ils porteraient
aujourd’hui !

 

Mais le développement du port de Calais va au-delà d’un simple aménagement
portuaire. Nous en avons besoin pour accompagner nos projets de golf, de palais des congrès, de réaménagement du centre ville, du port de plaisance, d’extension de notre zone logistique et bien
d’autres projets encore. Tous vont de paire. Et tous les aménagements économiques de la côte sont concernés au même titre.

Il faut aussi prendre en compte que Douvres et son port, notre ville
jumelle, se sont lancé également un grand défi, un projet de développement ambitieux. Respectivement premier et deuxième port mondial de voyageurs, nos destins sont intimement liés. Comment
imaginer que l’un s’équipe pour accueillir les bateaux de nouvelle génération et pas l’autre ? C’est impensable !

On entend parfois que le projet du port de Calais est surdimensionné, Il
n’en est rien ! Certes l’investissement représente 400 millions d’euros. C’est un beau projet mais qui au total ne représente qu’à peine 2,5 % du coût du Tunnel sous la Manche. Pour nous, ce
sera le port du 21ème siècle mais soyons réalistes et remettons les choses à leur juste place, à l’échelle des autres ports européens ce ne sont que de simples aménagements. La surface
totale du nouveau port de Calais tient dans un seul bassin du port de Dunkerque.

On peut donc dire, comme je l’ai entendu lors d’une réunion, qu’il s’agit
d’un projet raisonnablement ambitieux, et d’intérêt régional, national et européen.

Que ce projet va dans le sens d’une grande façade maritime Boulogne /
Calais / Dunkerque ou chaque entité et complémentaire des autres dans son activité principale : Pêche, Industrie, Conteneurs, Poids lourds, tourisme.

C’est la seule façon de rester compétitif face à la concurrence
internationale.