1 juillet 2011

L’équité sociale

Par Philippe BLET

Quelques-images-4-1540.jpgVous trouverez ci-dessous mon intervention à l’ouverture de la conférence de Territoire du Contrat Urbain de Cohésion Sociale de la
Communauté d’Agglomération du Calaisis
.

« Qu’attendons-nous de cette journée ?

Le Contrat Urbain de Cohésion Sociale de l’Agglomération du Calaisis a d’abord été conclu
pour la période 2007-2009.

Il a été ensuite étendu à 2010 et 2011. Il sera finalement prolongé jusqu’au 31 décembre
2014.

 

Le CUCS concerne toujours les quartiers prioritaires que sont :Le Fort-Nieulay à
Calais
, Le quartier Saint-Pierre à Calais, Le Beau-Marais à Calais, Les Hautes-Communes à Marck

Les axes thématiques d’intervention sont : L’habitat et le cadre de vie, L’accès à l’emploi et
développement économique
, La réussite éducative et l’égalité des chances, La citoyenneté et la prévention de la
délinquance
, La Santé, La participation des habitants.

La conférence d’aujourd’hui a pour objectif un échange collectif et la préparation du contrat
2012.

Que voulons-nous pour l’année 2012 ? Développer davantage encore les actions aidant à la mobilité des salariés,
Développer le savoir-être dans le travail, Développer davantage la culture de projet des associations, Travailler sur la mise en
cohérence des structures intervenant dans les quartiers, Développer les actions faisant appel aux habitants et à la mémoire de leur quartier,
Tendre à
rapprocher encore les habitants des structures de leur quartier,
Développer davantage l’offre en terme d’accompagnement à la scolarité, peut-être encore trop
faible sur le territoire.

Pour 2012, Cap Calaisis entend poursuivre ses efforts notamment dans le domaine de
l’insertion, dans le soutien d’actions créatrices d’emplois, dans la prévention de la délinquance et la promotion de la citoyenneté.

La participation des habitants est au cœur de la politique de la ville. De sorte que les
structures doivent montrer qu’elles travaillent avec les habitants des quartiers prioritaires et de quelle manière elles le font.

Quelques chiffres pour bien faire comprendre l’implication de Cap Calaisis.

Prenons l’année 2011, au total, l’agglomération contribue à hauteur de 317.122 €  aux
CUCS.  

Par comparaison, Cap Calaisis a contribué à hauteur de 259.170 € en 2010.

Il s’agit donc d’une hausse de 22 % de la participation de Cap Calaisis par rapport à
2010.

Si l’on ajoute les subventions de fonctionnement aux associations d’insertion, l’effort
financière global de l’agglomération pour 2011 en politique de la ville s’élève à 1 millions 462 mille euros.

Cet effort financier important correspond à la volonté de l’agglomération  de développer
des actions de prévention et d’insertion par l’économie.

Quelques-images-4-1548.jpgIl s’agit pour moi d’une
question d’équité sociale et de bon sens. Le développement d’un territoire doit être harmonieux. Il ne peut pas y avoir d’espaces de détresse sociale laissés à l’abandon. La nécessaire
solidarité doit jouer son rôle de régulateur.

Cette volonté s’est traduite lors du dernier conseil communautaire par le recrutement de deux
médiateurs supplémentaires malgré une participation financière de l’Etat en baisse.

Médiation sociale : J’ai la conviction, mesdames et messieurs, que la médiation sociale doit
être le coeur de nos politiques publiques en matière de cohésion sociale.

Dans son Rapport d’évaluation de l’utilité sociale de cinq structures de médiation sociale –
Janvier 2008

Helene. Duclos de Culture et Promotion rappelait en conclusion et je cite :

” Il nous semble que la médiation mérite d’être une activité en tant que telle, avec ses
objectifs propres, en termes de cohésion sociale et tranquillité publique notamment.

Elle peut bien-sûr avoir des effets intéressants en termes d’insertion, comme nous l’avons
d’ailleurs constaté. Fin de citation

Médiation sociale, insertion par l’économique et citoyenneté seront les moyens du nouveau
service de Cohésion Sociale de la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis dirigé par Stéphane Grandin avec comme maîtres-mots autonomie et reconnaissance des habitants des quartiers
concernés.