16 mai 2010

Des musiciens calaisiens en mission en Syrie

Par Philippe BLET

http://www.nordlittoral.fr/img/structure/logo.gifDu 29 mai au 5 juin, quatre
professeurs et sept élèves du conservatoire de musique s’envoleront pour Alep, en Syrie, pour un séjour à caractère culturel et pédagogique.

Pour l’occasion, les musiciens calasiens pourront compter sur un guide pas comme les autres, en l’occurrence Didier
Guilbert, Calaisien d’origine et tout récent consul de France à Alep, après un précédent poste en Mongolie où il avait d’ailleurs initié le jumelage entre le lycée du Détroit et un établissement
d’Oulan-Bator.
« A chaque fois que je peux faire quelque chose en faveur de Calais, je n’hésite pas une seconde », a-t-il souligné hier matin à l’auditorium Didier Lockwood du conservatoire.
Le diplomate a en effet profité de quelques jours de vacances sur la Côte d’Opale pour aller à la rencontre de ses futures convives. L’occasion également pour lui de vanter les charmes de sa
nouvelle ville

http://www.nordlittoral.fr/stories/image250x00//mediastore/VDN/A2010/M05/427408-des-musici-4bee9f6b.jpg.jpg
 Didier Guilbert (au centre) a rencontré la délégation calaisienne à quelques jours de son départ pour la Syrie.

d’affectation. Avec ses sept millions d’habitants, Alep, avec ses faubourgs, est la ville la plus peuplée de Syrie,
devant Damas, la capitale.
Si la délégation calaisienne passera la majeure partie de son temps en salle de répétitions, elle s’accordera quelques moments de détente pour découvrir les trésors de la cité alepine, et
notamment son centre historique, classé au patrimoine mondial de l’Unesco, sa citadelle et son improbable souk qui s’étend sur plus de dix kilomètres, le tout sous 40° à l’ombre, la température
qu’il faisait hier dans l’une des plus anciennes cités du monde.

« Une ville surprenante »
« Il s’agit d’une ville surprenante, confie le consul, par ailleurs directeur de l’agence culturelle locale. On peut croiser sur un même trottoir une femme portant le voile intégral et une
autre en mini-jupe et décolleté. Les deux modes de vie cohabitent sans problème. On a peut-être beaucoup à apprendre de cette façon de faire. » Didier Guilbert ne manquera pas non plus de
faire découvrir aux Calaisiens la gastronomie syrienne et ses fameux mezzé et, plus surprenant, ses chocolats, autre spécialité locale. « J’ai aussi invité quelques amis français qui se
joindront à nous pour le repas du soir.
 » Le tourisme est une chose, la musique en est une autre. Chaque matin, les Calaisiens prendront des cours de musique orientale. L’après-midi,
les rôles s’inverseront. Les Maritimes partageront leur expérience avec des musiciens syriens. « L’idée est qu’il existe un vrai échange de part et d’autre », confie
Jean-Robert Lay, directeur du conservatoire. Les élèves calaisiens, actuellement en cycle d’enseignement professionel initial, pratiquent des instruments aussi divers que le piano, l’accordéon,
le violoncelle, la guitare ou encore la flûte à bec. Lire la suite
—>>>