16 janvier 2010

Battons nous pour la création d’une école d’ingénieurs

Par Philippe BLET

Battons nous pour la création d’une école d’ingénieurs de l’université du littoral sur le
Calaisis


Après l’annonce du refus d’accorder à l’Université du littoral la création d’une école d’ingénieurs, l’ISTAC, à
Calais, nous ne pouvons rester sans réagir.

 

Le Calaisis doit avoir son école d’ingénieurs. C’est très important pour le devenir du territoire s’il veut attirer
des entreprises. Celles-ci doivent pouvoir trouver sur place le savoir et l’encadrement nécessaires.

Le Calaisis doit aussi avoir son école d’ingénieurs afin de retenir ses meilleurs éléments et devenir une terre
d’excellence.

L’innovahttp://www.see.asso.fr/groupe_nord/trophee/trophee04/trophee04/ulco.jpgtion est au coeur de notre
politique de développement économique. C’est pourquoi Cap Calaisis a créé en 2009 un fonds d’aide à l’innovation en complément du soutien apporté aux entreprises par le Conseil Régional. La
création de l’Istac s’inscrit dans cette politique de moderni
sation de notre économie.

L’image positive qui se développe autour de telles écoles, l’élévation du niveau de formation, la fonction de
locomotive d’une école d’ingénieurs, de tout cela le Calaisis a impérativement besoin. Il serait injuste d’en être privé. L’enjeu est trop important. Une solution doit être trouvée.

La communauté d’agglomération du Calaisis apporte son soutien à l’ULCO. Je vais proposer au budget 2010 une somme de
400 000 euros pour la maison de la recherche.

http://www.dunkerque.maville.com/photos/2009/10/17/vn_1281205_px_501__w_lavoixdunord_.jpgCap Calaisis a aussi missionné un universitaire, monsieur Odoux, afin de
défendre le dossier de l’ISTAC. Il semble que la Commission de Titres d’Ingénieurs, la CTI, n’ait pas pris position contre le projet mais a demandé que soit mieux précisé le devenir du personnel
de l’EIPC, école d’ingénieurs privée qui doit être intégrée au sein de l’ISTAC. Nous ne nous opposons pas à l’intégration, dans le service public, de cette école privée créée par la cristallerie
d’Arques. Il s’agit même d’une opportunité intéressante. L’école d’ingénieur basée à Calais a vocation à être multipolaire. Des formations spécialisées selon les bassins d’emploi pourront être
dispensées à Boulogne, Dunkerque, et Saint-Omer, c’est-à-dire à l’échelle de l’université du littoral.

Une réunion sur l’ISTAC, réunissant les partenaires économiques et institutionnels, est organisée en début de semaine
à Calais. Il faut que de nouvelles propositions soient faites. Nous n’avons pas le droit d’échouer si près du but.