18 juin 2006

Congres CFDT de Grenoble

Par Philippe BLET

Peu d’activité sur mon blog cette semaine en raison de mon absence où je me trouvais à Grenoble afin de participer au Congrès confédéral de la C.F.D.T.



Participant assidu aux congrès du Parti Socialiste depuis le funeste congrès de Rennes, c’est la première fois que je participais à un congrès syndical.

Après deux jours d’interventions sur les événements passés dans le champ social, où les sujets récurrents étaient les retraites et le CPE, nous sommes rentrés dans le vif du sujet à savoir débats et votes des amendements proposés aux congressistes.

Avant même d’engager ces débats, le congrès s’est exprimé sur le quitus de la gestion des précédentes années du Bureau National dirigé par François CHEREQUE. L’équipe obtient près de 75% des voix.

Pour ce qui me concerne, mon sentiment est plus nuancé sur les quatre années de François CHEREQUE à la tête de la C.F.D.T . Paraphrasant l’instituteur au moment des résultats de l’élève, je noterais dans la case observation de l’élève François CHEREQUE : « Très mauvais élève en début d’année, mais c’est nettement amélioré en cette fin l’année grâce au travail d’écoute. Passage accepté ».

A son passif, la question des retraites qui a ressemblé à un séisme de force 7 sur une échelle de 10.

A son actif, et je ne reprendrais que quelques points, la signature sur la formation professionnelle, l’implication réelle dans le campagne en faveur du Traité Constitutionnel Européen et enfin la mobilisation contre le contrat première embauche, CPE.

J’en reviens au congrès lui-même.

Plus de vingt amendements au texte de résolution ont été déposé. Je n’en retiendrais qu ‘un seul, celui concernant l’évolution du système des retraites.



Le congrès a voté à une large majorité que le bureau national doit engager immédiatement le débat dans toute l’organisation concernant l’évolution du système des retraites car 2008 constituant une étape importante.

Enfin, un moment émouvant où j’ai eu l’occasion de rencontrer Edmond MAIRE.

Regard pétillant, esprit vif, Edmond Maire rappelait dans notre conversation quelques fondamentaux de la C.F.D.T.