8 juin 2009

Les élections européennes à Calais

Par Philippe BLET

Comme beaucoup au soir du 7 juin, mon intérêt s’est tourné vers les résultats des élections européennes sur le
Calaisis.

Ma première réaction peut se résumer ainsi : Au-delà du niveau catastrophique de l’abstention, les formations
politiques qui ont fait campagne, qui se sont mobilisées, ont récolté les fruits de leur travail. A preuve, Jacky Hénin qui malgré la perte de 1500 voix par rapport à 2004 est élu député
européen.

Ces résultats, ce sont aussi ceux de l’absence criante et incompréhensible des socialistes. Ils n’ont pas été battus
car ils ne se sont pas battus. Eliminés par forfait ! Ils n’ont pas fait campagne : absents du terrain, absents des bureaux de vote. C’est à n’y rien comprendre. Alors que Jean Louis
Cottigny me disait lors d’une récente rencontre que « ce serait soit (lui), soit Jacky Hénin ». Que tout dépendrait de la mobilisation socialiste. Bravo mes
camarades !!!

Et les « ombres douloureuses » (F Mauriac) ressurgissent du passé.

« Retour vers le futur » : le PS abandonne le territoire en faveur du PC. C’est inacceptable. J’ai une
pensée triste pour les militants qui doivent se demander où ils habitent ?

Des socialistes atones, amorphes et sans allant capitulant devant un Jacky Hénin revanchard. Il faut pourtant bien
comprendre qu’une élection se gagne par un engagement sans faille de chaque seconde, c’est un combat !

En tout cas, pour ceux qui seraient désireux de construire un véritable et grand projet de territoire, je suis prêt à
les accueillir.

Pour finir, je dois dire que le taux d’abstention record m’inquiète autant qu’il me mobilise. Il m’inquiète parce
qu’une démocratie est malade si ses citoyens se détournent des urnes. Elle me mobilise parce que je suis persuadé que chaque électeur peut retrouver le chemin des urnes pour peu qu’on lui propose
un nouvel horizon.