8 mai 2007

Vital aggiormento

Par Philippe BLET

http://psparis14pb.free.fr/images/site/poing_rose_transp_opaque.gifLes français ont élu de nouveau un président de la république de Droite pour la troisième fois. Nous avions un projet voté à plus de 80% des militants. Nous avions une candidate désigné par les adhérents à plus de 60% dès le premier tour au sein de notre parti. Les sondages en ce début d’année 2007 étaient tous favorables et malgrè les ravages de la politique menée depuis 5 ans par les gouvernements Raffarin et Villepin dont Nicolas Sarkosy faisait parti, la Gauche subit un lourde défaite.

Je peux entendre les discours d’unité car nous avons prochainement les élections législatives (10 et 17 juin). Il est essentiel pour la France et pour la Gauche dans son entier qu’il existe un contre-pouvoir au nouveau président de la république car je crains le pire en matière sociale au regard des cinq dernières années. Les salariés ont un très mauvais souvenir de la politique en matière de droit du travail.

C’est pourquoi, je prendrais ma part pour participer activement à la campagne des législatives au coté de Jack Lang (6ème circonscription) et de Gilles Cocquempot (7ème circonscription).

Cela étant, il ne faut pas se cacher derrière son petit doigt. Cette défaite est plus profonde que certains le laissent penser.

J’ai le souvenir dans le passé lorsque je considérais les « victoires » des élections européennes et régionales comme un leurre, un bon nombre de camarades me répondaient « mais non, philippe, c’est une vrai victoire, nous ne devons pas bouder notre plaisir ».

Au moment du Congrès du Mans, nous, socialistes, avons eu l’opportunité de clarifier notre pensée, bâtir une colonne vertébrale idéologique, et en particulier au lendemain de l’échec du Référendum concernant le Traité Européen. Certains d’entre nous, dont je faisais parti, demandaient cette clarification. Mais la synthèse est passée par là et a complètement édulcoré notre projet au nom de l’unité.

Quelles étaient les positions du parti socialiste en matière de retraites, de relance de l’économie, de sécurité, l’accès aux soins, les institutions, des services au public ? Quelle était notre projet au regard de l’Europe, enjeu essentiel pour que la France reprenne sa place dans l’Union ?

Certains socialistes vont se réfugier dans les recettes du passé mais elles ne sont plus adaptés au 21ème siècle. C’est pourquoi, les socialistes doivent faire cet aggiormento. C’est vital pour l’avenir de la Gauche et de la France.

Pour finir, je vous invite à lire ou relire la contribution « Le socialisme du XXIème siècle, Pour un réformisme radical ».

Elle se concluait par ces mots : « Renouvellement des idées, renouvellement des pratiques : le congrès du Mans offre une nouvelle occasion pour le parti dans son ensemble de montrer son aptitude à comprendre les enjeux du monde contemporain. Refonder notre identité, inventer le socialisme du XXIème siècle : telle est notre tâche collective, elle est historique. Dynamiser le parti socialiste et la République en sont des conditions nécessaires. Ne passons pas à côté ! »

Télécharger