10 mai 2006

Le 10 mai

Par Philippe BLET


Le 10 mai dernier, à Calais, s’est déroulée une marche silencieuse de jeunes calaisiens exprimant leur raz-le-bol vis à vis du harcèlement policier envers les habitants du quartier du Beau-Marais.

Cette manifestation fut digne et nous pouvons saluer ces jeunes citoyens, qui, avant que la situation dégénère entre la police et les habitants du quartier ont souhaité rencontrer M.Lespagnol, sous-prêfet à Calais.

En parallèle, à cette manifestation à la sous-préfecture de Calais, et non loin de là, les C.R.S, la Police de l’Air et des Frontières et en présence de la Police municipale de Calais arrêtaient des migrants.

Cette scène est courante à Calais. Ce qui l’est  moins est la présence de membres de la Police Municipale de Calais.

Cela appelle plusieurs questions :

  • Dans le cahier des charges de la Police Municipale, courser les migrant relève-t-il de sa compétence ?
  • Qui a donné l’ordre aux fonctionnaires municipaux d’être présent sur les lieux ?
  • Est-ce à leur propre initiative ?
  • En corollaire, quelles consignes ont-été donné par M.Le Maire de Calais via le responsable de la Police Municipale de Calais concernant les migrants envers les fonctionnaires municipaux ?

Il y a 25 ans, je votais pour la première fois, acte important dans la vie d’un citoyen.


Il y a 25 ans, je votais François Mitterrand.

Quel joie ! Quel fête !

Je retiendrais trois éléments forts de Mitterrand :

  1. l’abolition de la peine de mort

  2. d’inscrire la Gauche dans le temps

  3. Avec Jacques Delors et Helmut Kohl, la construction de l’Union Européenne