8 octobre 2011

Pas de Blabla, une volonté et des actes……

Par Philippe BLET

ou  ce qui est excessif est insignifiant ou encore Les donneurs de leçons sont
souvent les plus mauvais élèves

 

Suite aux différents articles parus dans la presse locale samedi 8
octobre, reprenant les attaques frontales, à mon encontre, du Maire de Coquelles, Conseiller général, et Vice-président de la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis, je tiens à apporter ici
quelques précisions :

 

1 – Sur la notion de compétence : Monsieur Hamy semble ignorer qu’une agglomération n’est pas une
collectivité
, c’est un établissement public où
chaque commune est représentée. Il n’y a ni majorité, ni opposition et le programme est élaboré en commun. Il s’agit d’une gestion collective dans laquelle chacun peut proposer des projets. Ce
sont les techniciens des services qui instruisent les projets car c’est là que se trouvent les « compétences » (260 employés, techniciens et ingénieurs travaillent à l’agglomération). Et, s’il le
faut, les services se font aider parfois de spécialistes extérieurs. Ensuite, les élus, examinent eventuellement les projets en commission, avant de soumettre les délibérations au
bureau composé du président et de huit vice présidents qui décident, ou non, de les soumettre au conseil communautaire.  Toutes les délibérations sont donc travaillées et préparées au
préalable entre les représentants des communes. C’est pourquoi, la politique politicienne n’a pas sa place à l’agglomération et que 99% des délibérations présentées en conseil sont adoptées
à l’unanimité.

 

Ce mode de fonctionnement existe depuis 10 ans. C’est pourquoi je m’étonne de l’inexactitude des propos de
Michel Hamy concernant les décisions d’investissements de l’agglomération.

 

2 – Que Michel Hamy, depuis trois ans,  n’ait  proposé aucun projet dans le cadre des politiques d’intérêt communautaire ne relève que de
lui
. Cela ne veut pas dire que les habitants de
Coquelles ne bénéficient pas des services de la communauté d’agglomération, bien au contraire. Ils ont accés aux écoles de musique, à l’école d’art, aux piscines, aux bases de char et de
voile, et à tous les services et équipements de l’agglomération au même titre et aux même conditions que n’importe quel habitant de Cap Calaisis. Quand aux investissements que l’on a décidés en
matière de développement économique et d’emploi  (Turquerie, Virval, Zone des Dunes, Zone Marcel Doret, Calais Promotion, Maison de l’emploi…), ils bénéficient à l’ensemble du bassin
d’emploi, bien au delà de Cap Calaisis.

 

3 – En septembre dernier, lors d’un bureau communautaire, nous avons revu le Plan Pluriannuel d’Investissements(PPI) àla demande du ….Vice-président aux Finances, M. Hamy.

 

Les élus du bureau ont validé, ou repoussé, certains investissements prévus pour les trois années à venir. Pour
l’instant, le PPI tel qu’il a été validé ce jour là, prévoit 63 millions d’investissements d’ici 2015. Ce montant n’est pas figé, il peut trés bien être revu à la baisse comme à la hausse dans
les mois qui viennent.

 

Prétendre que l’on a pas validé l’investissement pour l’aménagement des berges et canaux est un mensonge. Les autres
maires présents ce jour là le confirment.

 

4 – Quand au montant soit disant trop élevé de nos dépenses, Michel Hamy est vice président aux finances ! Il semble oublier qu’il a préparé et voté, jusqu’à
présent, 
tous les budgets et la plupart des décisions
d’investissement. De plus, le PPI est préparé par des spécialistes financiers et controlé par l’un des meilleurs cabinet conseil de France en finances locales.

 

C’est ce cabinet, mandaté par l’ancien président monsieur Hénin, qui nous avait alerté de l’endettement
excessif de l’agglomération lorsque nous sommes arrivés au pouvoir en 2008. Depuis nous avons pris des décisions, toujours à l’unanimité, pour améliorer la capacité de désendettement de la
communauté d’agglomération. Nous sommes passés, en trois ans, de 72 ans à 25 ans de capacité de désendettement et je pense que nous terminerons aux alentours de 20 ans en fin de mandat. C’est
encore trop ? certes, mais cela nous permet de continuer à investir, notamment en matière de développement économique et d’emploi.

 

5 – Sur la question du Plan Local de l’Habitat (PLH), Michel Hamy est à nouveau pris en flagrant délit de
mensonge
 : Il prétend avoir toujours été contre le PLH. , or la délibération sur le sujet a été
adoptée le 29 avril 2011 à l’unanimité du conseil, et il était bien présent ! Trois mois plus tard, la commune de Coquelles vote contre ce même PLH. Etonnant, non ???

A moins que ce ne soit de l’ignorance et qu’il ait confondu le PLH et le SCOT ?

Bien sur, c’est le droit des élus de la commune de coquelles de voter contre le PLH. C’est leur légitimité. En
revanche, le maire de Coquelles et Vice-président de la Communauté d’agglomération Cap Calaisis n’a pas à exporter ses difficultés communales au sein de l’intercommunalité.


 

6 – Enfin, sur la question de l’augmentation des subventions et des embauches :
M Hamy se réveille et joue les professeurs.Toutes les délibérations sur le sujets ont été votées à l’unanimité. Est-il contre le fond de soutien à l’innovation pour les entreprises ? Est-il contre le
financement de la Maison de l’Emploi ? Est-il contre le service d’archéologie préventive ? Est-il contre la participation de l’agglomération à la pépinière d’entreprise ? Est-il contre
le soutien à Calais Promotion ? Est-il contre le soutien aux sports de Haut Niveau ? Est-il contre la politique événementielle de Cap Calaisis (Commémoration de la traversée de la
Manche, Festival des violons, fêtes maritimes, JO 2012…) Est-il contre le fond d’aide aux économies d’énergie ? Est-il contre le soutien à la fibre optique ? Est-il contre le soutien à la
promotion touristique ? ….. j’arrête là la liste des politiques publiques menées depuis plus de trois ans.


 

Je suis fier du travail accompli en commun depuis le début du
mandat
. Même s’il n’est pas encore suffisant pour sortir le Calaisis de
l’immobilisme qui a fait de notre territoire, depuis des décennies, l’un des plus touché par le chômage en France.

En dix jours, deux projets d’implantation d’entreprises (et il en aura d’autres), portés par des investisseurs
privés, ont été présentés à la presse. Ils sont porteurs de plusieurs milliers d’emplois. J’espère que ces projets se concrétiseront rapidement par des emplois durables.

 

Mais ce dont je suis sur, c’est que ces projets n’auraient pas pu venir si
des décisions importantes et courageuses n’avaient pas été prises par les élus communautaires de Cap Calaisis depuis 2008. Au delà de toute polémique, je tiens à leur rendre hommage
ici.

 

Je souhaite rappeler à chacun d’entre nous cette citation de François
Mitterrand :
« «L’homme politique s’exprime d’abord par ses
actes ; c’est d’eux dont il est comptable ; discours et écrits ne sont que des pièces d’appui au service de son oeuvre d’action.»