23 mars 2008

Calais ouvert au monde…..

Par Philippe BLET


ph_blet_adjoint_maire.gif
Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

J’ai tout d’abord une pensée aujourd’hui à deux êtres qui me sont chers et qui ont disparu.

La première pour ma mère décédée il y a quelques années le jour de la fête des amoureux et la seconde envers un grand monsieur à Calais, à
savoir, M.André CAPET. Il a été mon père en politique. Il m’a beaucoup appris et je lui en suis reconnaissant.

J’ai eu l’occasion de rencontrer de nombreux calaisiens depuis quelques semaines : des calaisiens avec de l’énergie, avec des idées pour notre
ville mais éteints car ils n’étaient pas entendu.

J’ai rencontré également des calaisiens qui souffraient. Et si je peux résumer notre ville avant le 16 mars, c’est une rencontre avec un homme
dans le quartier du beau marais, au 12ème étage de sa tour et qui me disait avec beaucoup d’émotion et j’en ai encore le coeur serré « Mais Monsieur BLET, ici, on nous a
oublié. »

Alors, le défi pour tout socialiste que je suis, ce n’est pas seulement la révolte contre l’injustice, avec des
« Y’A qu’a » ou des « il faudrait que », c’est de trouver les moyens de rendre notre ville plus juste et proposer un devenir à nos concitoyens.

Agir dans sa ville, c’est d’abord écouter et être au service des calaisiens. Etre un responsable politique, c’est faire avec les calaisiens et
non contre eux. C’est notre volonté, C’est ma volonté.

Dès le 16 mars au soir, j’ai pris conscience que le travail va être rude, difficile. C’est une grande responsabilité.



Mais je crois à la volonté politique et en notre capacité avec les calaisiens à remettre cette ville à l’endroit et surtout l’ouvrir au monde, l’ouvrir
aux autres, les calaisiens avec les calaisiens et non les uns contre les autres. C’est véritablement un changement de méthode.

Développement économique et création d’emploi, démocratie locale et le retour à l’égalité républicaine et enfin l’Europe.

Je m’attarderai sur la dimension européenne de Calais et du Calaisis.

Depuis plus de vingt, que de rendez-vous manqués !!!!!! Malgré sa position géographique remarquable, malgré ses infrastructures, malgré les
plus de 20 millions de passagers par an et près de 60 millions de tonnes de frêt par an qui passent à notre porte, notre ville ne profite absolument pas de tout ce potentiel au regard du taux de
chômage.

Notre ville regarde les trains passer sans que nos concitoyens puissent bénéficier d’un emploi et donc l’espoir de pouvoir vivre
dignement.


rose_europe.gif
L’enjeu, dans la décennie future, est d’inscrire Calais et le Calaisis dans une logique d’intégration afin que nous puissions redonner de l’espoir aux
Calaisiens et les habitants du Calaisis.

Là est l’enjeu, de notre capacité à impulser une politique volontariste intégrant la dimension régionale de notre ville mais surtout démontrer
au niveau européen que Calais est l’un des poumons de l’Europe.

Nous pouvons concevoir idéologiquement être pour ou contre l’Union Européenne (U.E), et cela est légitime. En revanche, à Calais, il est
impossible d’imaginer Calais sans l’europe d’un point de vue pragmatique.

L’intelligence et le courage politique est au coeur de notre projet. L’Europe sera un des moyens.

Le courage politique est au coeur de notre démarche.

Le 16 mars, les Calaisiens l’ont compris. Ils nous ont rejoints à plus de 54%.

 

Les Calaisiens ont envoyé un message clair au reste du monde. Nous allons écrire ensemble une nouvelle page de l’histoire de notre
ville.

C’est notre volonté, C’est ma volonté

Fier d’être Calaisien