2 novembre 2007

Pourquoi je suis candidat….

Par Philippe BLET



Retrouvez ci-dessous mon intervention lors  de l’assemblée générale de la section socialiste de Calais ce 2 novembre 2007

Cher(e) Camarade,

Nous sommes réunis ce soir afin que les trois candidats se présentent à vous.

Mais il faut être clair. Nous ne sommes pas à la star Ac où l’on doit déterminer le plus beau ou le plus
fort.

Nous sommes tous adhérents d’un parti politique, le parti socialiste, et donc nous ferons de la politique ce
soir.

Sous l’aile du parti communiste depuis plus de trente ans, il est grand temps de nous faire respecter.

Malgré nos nombreuses victoires électorales où les calaisiens ont fait confiance à nos candidats socialistes, nous,
socialistes calaisiens n’avons jamais eu la possibilité de présenter nos propres couleurs, notre propre vision et notre projet aux calaisiens dans le cadre des élections
municipales.

Il est grand temps que les socialistes prennent leur destin en main et proposent aux calaisiens un vrai projet de
gauche alliant développement et protection, alliant progrès pour chacun et pour la collectivité.

Le défi pour tout socialiste, ce n’est pas seulement la révolte contre l’injustice, c’est de trouver les moyens de
rendre notre ville plus juste et proposer un devenir à nos contitoyens.


3239_1-calais.jpg
C’est pourquoi, je vous propose de présenter
un projet municipal aux calaisiens dès le premier tour sous notre bannière. Les Calaisiens doivent décider du destin de leur ville. Depuis plus de 35 ans, les citoyens calaisiens n’ont eu le
choix qu’entre un maire communiste ou un maire de droite.

Demain, le prochain Maire de Calais doit être socialiste si les calaisiens en décident. C’est la régle démocratique. Il
faut un jour grandir, se lever. Nous sommes les meilleurs observateurs et acteurs de notre ville. Nous sommes les meilleurs acteurs dans nos quartiers.

Bon nombre de Calaisiens attendent cela depuis plus d’un quart de siècle.

Je vous propose un diagnostic, un projet et une stratégie.

Le diagnostic : On entretient les calaisiens dans une logique d’enfermement que j’appelle la stratégie du fort alamo où c’est à cause de l’extérieur que nous sommes en difficulté. Cette
logique maintient la ville dans un statu-quo en matière de développement.

Politiquement, les dernières éléctions municipales ont été marquées par la victoire de la Gauche. Cette victoire était
une victoire en trompe l’oeil à double titre. Premièrement, un calaisien sur deux n’est pas allé voter. Ce qui veut dire que l’offre politique n’était pas satisfaisante. Deuxièmement, au regard
du score en nombre de voix, ce n’est pas la Gauche qui a gagné, mais la Droite qui s’est littéralement effrondrée (-3800 voix) pendant que dans le même temps Jacky Henin
perdait 1500 voix.

Le projet :
Les socialistes sont en capacité de proposer aux calaisiens une vision tournée autour de deux axes, le développement économique et la citoyenneté.
C’est aussi s’inscrire dans les politiques régionales et européennes qui permettra à calais de passer réellement du 20ème au 21ème
siècle et d’arrêter de regarder les trains passer.



La question du développement économique est une necessité car bon nombre de calaisiens sont en difficultés. Ce n’est pas l’augmentation de surface commerciale qui crée de la richesse. Bien
au contraire, le commerce est source de précarité, temps partiel, CDD et faible en pouvoir d’achat,

La citoyenneté est également un point important. Nous devons redonner la parole aux calaisiens. Et le premier acte fort
sera de présenter une liste socialiste dès le premier tour si vous militants socialistes de Calais le souhaitez. C’est également proposer les outils de la démocratie au plus près des
citoyens.

Le développement économique et la citoyenneté devront être développés dès le lendemain de la désignation du 1er des
socialistes. C’est un travail collectif, l’enrichissement doit être collectif.

La stratégie : Je vous propose de nous confronter dès le 1er tour des élections municipales à Calais aux suffrages des calaisiens. Les négociations devront avoir lieu en parrallèle afin de
préparer une possibilité de réunir la Gauche au second tour, avec un mot d’ordre « Comptons-nous au premier tour, Réunissons-nous au second tour » Rendons à césar ce qui est à César. Je
ne reprends que ce qu’avait dit alain Bocquet leader communiste de notre région à Daniel Percheron, tête de liste socialiste aux dernières élections régionales.

A cette heure, à l’écoute de la fédération socialiste du Pas de calais et de la majeure partie de l’équipe de
négociation de notre section, annoncent que nous allons signer.

Il me semble qu’il y a une difficulté en matière de méthode. Au regard des rapports de force politique est-il bienvenu
d’annoncer à qui veut l’entendre que nous devons reconduire la situation à l’identique. Si nous voulions être efficace dans une négociation, il est necessaire de maintenir notre interlocuteur
sous pression. A la lecture des différents communiqués de presse co-signés des secrétaires de notre
parti
et du parti communiste et également de la déclaration d’intention de la fédération socialiste du Pas de Calais, il était clair que nous nous privons d’une arme importante : nos 26% face au 15% du
parti communiste.

Alors, y-aurait-il un danger que la mairie de Calais passe à Droite ? On vous laisse le croire

L'image “http://ps.calais.free.fr/PARTI%20SOCIALISTE_fichiers/image002.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Si nous convenons que nous nous réunirons au second tour, les forces de Gauche se reuniront et gagneront car nous aurons ratissé de façon plus large car
nous aurons donné de l’espoir à une partie de la population calaisienne qui ne serait pas venue voter.

Au soir du 1er tour, soit nous sommes derrière le parti communiste, soit le parti socialiste est en tête. Quelques
soient les scénarios, nous nous retrouverons dès lundi matin avec l’idée principale : la tête de liste à la liste qui arrive en tête au 1er tour pour engager le combat final et battre la
Droite.

Le vrai danger est pour le PC qui risque d’être derrière le parti socialiste. Sachant qu’ils annoncent qu’ils sont de
grands démocrates, auraient-ils peur du suffrage des Calaisiens ?

Cela étant, serions-nous des incapables ? Au regard de la composition de cette salle, je ne crois pas. Ce n’est donc
pas une question de capacitié mais de volonté politique.

Le 15 novembre 2007 vous aurez à vous déterminer, non pas pour le plus beau des candidats mais décider une orientation
politique, une volonté politique. Chacun des candidats est personnnellement respectable, mais nous avons le droit de penser différemment : c’est ce qui fait la richesse du Parti
Socialiste.

Pour la première fois depuis de nombreuses années, militants socialistes, vous avez à déterminer l’orientation
politique de notre section en vue des échéances municipales car les candidats vous proposent des choix stratégiques différents.

Pour ce qui me concerne, c’est l’affirmation de l’identité socialiste à Calais et de valider les choix politiques par
les calaisiens. C’est le sens de ma candidature auprès de vous.

Je terminerai mon propos par une phrase d’aristote

Le courage est le juste milieu entre la peur et
l’audace

C’est à vous de juger.