31 mai 2015

Démagogie ou courage politique

Par Philippe BLET

peine de mort Je viens de lire avec stupéfaction la position de Natacha Bouchart Sénatrice du Pas-de-Calais à propos de la ré-instauration de la peine de mort en France . Dans l’édition du journal Nord Littoral du 31 mai 2015, elle s’exprime : “ Je pense que la peine de mort reste la meilleure réponse judiciaire pour les auteurs de crimes d’enfants”.

Par cela, elle flatte les familles en souffrance. Faut-il lui rappeler que la peine de mort n’a jamais influé sur les statistiques en la matière.

La question de la peine de mort est d’abord une question de valeurs, de vision du Monde. Une très grande partie des sociétés civilisées ont aboli la peine de mort.

Retrouvez ci dessous le discours de Robert Badinter à l’assemblée nationale. Il nous rappelle les valeurs de notre République : Liberté, Égalité, Fraternité

La seule solution est de réhumaniser les quartiers, c’est -à -dire, réinstaurer des services de proximité : des concierges dans les bâtiments, des médiateurs sociaux et des îlotiers (police de proximité ). En un mot, remettre de la République.Ressortir cette vieille lune permet à Natacha Bouchart de surfer sur la douleur des familles mais ne résoud rien et n’apporte en aucun cas la solution aux difficultés dans les quartiers où le sentiment d’insécurité persiste.

Mais pour cela, il faut être courageux et permettre de dégager des budgets importants afin de favoriser la citoyenneté et le lien social, soutenir la culture et l’éducation.

Mais il est vrai que la démagogie coûte moins cher que le courage politique.