29 août 2007

CFDT : rentrée sociale

Par Philippe BLET
La période de congés n’est pas encore tout fait terminé qu’il faut déjà être présent sur le front social.

L'image “http://www.cfdt-sante-sociaux-62.org/static/logo_france_bleu_nord.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.Retrouvez ci-dessous le reportage où j’ai été interrogé par Jacques Yves TAPON de france Bleu Nord, concernant la prime indécente de 10 000 euros aux directeurs d’établissements hospitaliers.



De plus, j’ai participé le lundi 27 aout à la conférence de presse de rentrée de la CFDT Nord Pas de Calais du Littoral.

Le point essentiel a été la situation du personnel dans les maisons de retraites par la présentation d’un film d’une dizaine de minutes sur l’intensification du travail du personnel dans les maisons de retraite sur notre littoral et du partenariat que nous comptons mener avec le Conseil Général du Pas de Calais sur cette problématique à la fois sur la souffrance au travail des salariés d’une part et celle parfois des personnes âgées d’autre part.

Vous retrouverez ce projet à la fin de cette note

Vous pouvez également voir ou revoir le reportage sur France 3 cote d’Opale où j’ai eu l’occasion d’alerter sur les difficultés du personnel encadrant les résidents dans les maison de retraites.

Le chômage de masse et la précarité sont bien sûr au cœur des préoccupations syndicales comme des politiques publiques. Mais la question du travail, dominée par celle de l’emploi depuis la fin des années 70, revient fortement à l’ordre du jour. Heureusement !

Fusions, acquisitions, externalisations, nouvelles technologies, diversification des produits et des services, juste à temps le travail change. Avec souvent plus de responsabilité et plus de contraintes. Pas toujours de façon concertée, pas toujours en améliorant les conditions de travail dans les entreprises et les administrations.

Le projet préparé par l’Union du Littoral CFDT du Pas de Calais porte sur le travail, l’intensification du travail et le dialogue social autour de la relation à la Personne et des difficultés du personnel soignant.

Aujourd’hui plus qu’hier, ce travail illustre les conséquences de la taylorisation des tâches dans une activité qui devrait être fondée sur la relation à des être humains. Dans un travail fondé sur la relation à la personne, l’intensification du travail se traduit par la déshumanisation de l’activité. La priorité porte sur les tâches matérielles ; leur amoncellement diminue la disponibilité à la relation personnelle. Ne pas pouvoir faire correctement ce qui est indispensable crée une souffrance au travail et pose des questions de conscience aux salariés.

Trois aspects peuvent être travaillés à partir de ce projet et de ces futurs échanges : comment l’intensification pèse à la fois sur la santé et la vie sociale du salarié ; comment la pression sur les moyens en supprimant les activités d’animation a des conséquences négatives tant sur le personnel que sur les résidents : les changements qu’engendrent ce type d’enquête dans la pratique quotidienne et sur l’organisation du travail demain.

A travers ce projet nous comptons expérimenter et diffuser des méthodes de changements concertées entre direction et représentants du personnel, favorisant la mise en débat des conditions de réalisation du travail. De la même façon, nous comptons promouvoir des démarches innovantes tant pour le personnel que pour les résidents en s’appuyant sur le personnel mais aussi en allant voir très proche de nous comment en Belgique, en Allemagne et en Grande Bretagne le problème est pris en compte.