5 novembre 2010

Gifle aux socialistes !

Par Philippe BLET


logo ps
Le député Gilles Cocquempot a déclaré lors d’une récente conférence de presse : «  …ne sont socialistes que les gens adhérant au parti socialiste… » (Nord
Littoral du dimanche 31 octobre 2010).

C’est une véritable gifle à la face des sympathisants mais surtout des électeurs du
parti socialiste.

C’est un déni de démocratie comme on a rarement vu.

C’est d’une prétention qui dépasse la simple maladresse.

C’est grave, également, car Gilles Cocquempot, grand prêtre de la petite église du ps local n’a toujours
pas compris ce qui s’est passé lors des élections municipales en mars 2008.

Ainsi donc, le socialisme n’appartient qu’au parti socialiste, comme une vulgaire marque de fromage ou de
lessive. Drôle de conception de la démocratie, du genre : «  aux ordres, je ne veux voir qu’une tête. »  C’est une vieille rengaine calaisienne, celle qui a fait tant de mal à
notre territoire et à ses habitants.


siege_ps_pc.gif
Que peuvent ressentir les sympathisants, convaincus d’être socialistes sans pour autant adhérer à un parti politique. Des électeurs socialisants qui
ont permis à des candidats aux législatives, par exemple, d’être élus. Ceux qui au-delà du parti, mais se sentant tout aussi socialistes, ont écrit les plus belles pages de l’histoire du
PS.

Jean Jaurès et Léon Blum n’appartiendraient donc qu’à une petite partie de la
population. Leurs idéaux seraient dès lors réservés, préemptés, par de petits notables et des élus qui s’imaginent former une élite.
Loin, très loin d’une gauche du réel, d’un socialisme du quotidien, qui s’intéresse davantage au sort des habitants plutôt qu’à se fixer
sur la liste des adhérant du PS et à bannir tout les autres. C’est-à-dire la majorité des habitants du Calaisis.

Enfin, une telle attitude ne peut que faire naitre de réelles inquiétudes sur le déroulement des primaires
présidentielles sur le calaisis. Comment vont-elles se déroulées ? Faudra t’il adhérer à la section locale du PS pour pouvoir y participer ? Une telle conception du débat démocratique
rend bien compliqué ce type d’organisation.

Cette gifle ce sont, en fait,  tous les électeurs de gauche qui l’ont
reçu.