11 mai 2012

L’avenir de l’agglomération du Calaisis

Par Philippe BLET

Vous trouverez ci-dessous mon intervention concernant la délibération concernant le futur périmètre de la Communauté d’Agglomération Cap Calaisis

« Avant de passer au vote, permettez- moi d’insister sur la valeur symbolique de cette délibération.

Il y a un an, notre conseil communautaire a approuvé, à prés de 90% des votants, le projet de schéma de coopération intercommunale présenté par le préfet du Pas de Calais. Pour le Calaisis, le périmètre proposé était le même qu’aujourd’hui.

Tout le monde s’est montré intéressé, dès le départ, par l’idée d’un territoire plus grand, plus cohérent et plus fort. Certains ont critiqué le périmètre proposé, mais aucun projet d’amendement n’a été transmis à la CDCI.

Or, créer une nouvelle communauté, car il s’agit bien de cela, c’est :

  1. définir un périmètre,
  2. des compétences,
  3. une gouvernance
  4. une fiscalité.

Ce soir nous n’en sommes qu’à la phase une. C’est sur le périmètre que nous devons nous prononcer.

La gouvernance ne dépend pas du préfet, c’est  entre nous qu’elle se discutera, dans le cadre de la loi. Bien sur que les représentations vont évoluer mais aucune commune n’ayant la majorité, l’équilibre global est respecté.

Les compétences sont aussi du ressort des élus et nous savons que toutes les compétences peuvent être maintenues ou développées, tant pour le secteur rural qu’urbain.

Encore faut-il accepter d’en discuter. Enfin, s’agissant de la fiscalité, nous savons que le mouvement principal ira vers une répartition plus juste entre les communes périphériques et les communes importantes qui supportent seules, aujourd’hui, les charges de centralité.

Nous savons aussi que ce rééquilibrage sera raisonnable et étalé dans le temps.

En résumé, nous savons que cette intercommunalité est faisable et qu’elle sera favorable, globalement, au territoire du Calaisis.

Nous savons aussi qu’elle sera la première étape vers un grand Calaisis.

Malheureusement, après de multiples démarches et réunions pour  tenter d’imaginer ce que serait cette future intercommunalité, il faut bien reconnaître que nous nous sommes heurtés à un front du refus de la part des communes de la CCSOC.

Je trouve dommageable cette attitude de replis sur soi, mais je la respecte. C’est pourquoi j’ai demandé aux services de rédiger l’avis du conseil communautaire du Calaisis de telle façon que nous restions cohérents par rapport à notre vote de 2011 tout en respectant la décision des communes.

Au nom de l’avenir du Calaisis, je vous propose donc d’adopter cette délibération.